Thanasis: If you know French I think you will enjoy this great review for “Winds Of The Sun” from our friends in Heavylaw. Merci beaucoup! 😛

Dol Ammad – “Winds Of The Sun” – 8/10

By Quetzalcoalt – 12/11/2010

Et si on allait faire un petit tour dans l’espace aujourd’hui? On pourrait bronzer façon steak semelle, sans cette foutue couche d’ozone pour nous protĂ©ger la peau des UV. Parce que c’est pas avec le temps moisi qu’il fait au moment oĂč j’Ă©cris qu’on va pouvoir alimenter son cancer de la peau en toute quiĂ©tude, je vous le dis tout de suite. Comment ça ça vous tente pas? Et si je vous dis se laisser flotter au grĂ© des vents solaires, admirer la beautĂ© de l’espace infini et compter combien il y a de cailloux en tout dans les anneaux de Saturne, ça vous intĂ©resse plus? Ah lĂ  vous ĂȘtes tentĂ©s! Et bah ça tombe bien car figurez-vous j’ai avec moi le tout dernier EP de Dol Ammad, “Winds Of The Sun”, et qu’il va nous envoyer en aller simple pour un voyage inter-galactique, en plus de faire couteau suisse et agenda Ă©lectronique.

Dol Ammad est avec Dol Theeta un des projets du grec Thanasis Lightbridge. Sa musique, qu’il qualifie de “Electronica Art Metal”, a la particularitĂ© de mĂ©langer metal, musique electronique et des Ă©lĂ©ments de l’opĂ©ra. Disponible uniquement en format numĂ©rique, cet EP ne contient qu’un seul morceau original, “Winds Of The Sun”, Ă©crit en hommage au cosmologiste Carl Sagan. Les autres Ă©tant soit des reprises, soit inspirĂ©es de morceaux d’albums prĂ©cĂ©dents du compositeur. Ainsi “Black Winter Day” est une reprise du groupe Amorphis, “Aquatic Majesty (Choral remix)” est un remix issu du prĂ©cĂ©dent album de Dol Ammad, “Theeta Dominion” et “Birth Of A Dream” tiennent leur inspiration de certains morceaux de prĂ©cĂ©dents albums de Dol Theeta et Dol Ammad. Bien sĂ»r cela n’enlĂšve rien Ă  leur qualitĂ©.

Le voyage commence donc par le titre Ă©ponyme. Nous retrouvons donc doucement emportĂ©s par les courants solaires dans un calme limite olympien. Le morceau montant ensuite peu Ă  peu en intensitĂ©, accompagnĂ© tout du long de choeurs quasi religieux pleins de majestĂ©. Certaines lignes de chants et l’ambiance assez religieuse qui se dĂ©gage du titre m’ont Ă©trangement beaucoup fait penser Ă  ceux qu’on peut entendre sur “Like A Prayer” de Madonna (non non je vous jure, je n’ai pas pris de drogue). “Black Winter Day” nous change d’ambiance avec son intro enchaĂźnant choeur fĂ©minin au calme olympien, gros sample Ă©lectronique Ă©nergique puis rythmique de guitare bien sentie. Changement de dĂ©cor encore une fois avec “Theeta Dominion” et son beat d’intro faisant penser Ă  un mĂ©lange entre le thĂšme du Flic de Beverly Hills et un tube pop des annĂ©es 80. “Aquatic Majesty” nous met dans l’urgence avec son rythme effrĂ©nĂ© et ses choeurs masculins oppressants et impĂ©rieux. Et enfin l’apothĂ©ose “Birth Of A Dream” nous rĂ©cupĂšre en douceur pour finir par nous retourner comme une crĂȘpe, avec ses choeurs intenses d’une beautĂ© Ă  couper le souffle.

Le travail sur les choeurs est ici un des gros atouts de cet EP. Ceux-ci sont d’une grande qualitĂ© et sont Ă  certains moments comparables aux choeurs qu’on pouvait entendre dans Therion (notamment “Black Winter Day” et “Aquatic Majesty”). Voire mĂȘme Ă  d’autres moments un peu aux choeurs qu’on pourrait entendre dans les musiques composĂ©es par Yuki Kajiura, pour ceux qui adorent la japanimation comme moi.  Jouant sur des alternances/oppositions entre chants fĂ©minins angĂ©liques et pleins de grĂące (sur “Birth Of A Dream” c’est tout bonnement une tuerie) et chants masculins imposants et mĂȘme presque guerriers (“Aquatic Majesty”).

Si un adjectif devrait ressortir de cet EP, je pense que ça serait “majestueux”. Les ambiances spatiales et les choeurs, tantĂŽt gracieux, tantĂŽt imposants, se font ici le reflet de l’immensitĂ© et de la beautĂ© de l’univers. Les morceaux restent trĂšs variĂ©s, malgrĂ© leur faible nombre, et sont travaillĂ©s avec grand soin. Aucun dĂ©faut ne ressort de la production. Une trĂšs jolie sortie en attendant un prochain LP de Thanasis.

Review Link